Les états généraux du droit à la fête retour sur le débat "La relance économique post COVID, versus l’injonction sanitaire."

Dans un cadre hors normes la COVID est synonyme de crise économique et sociale à venir. Les confinements ont stoppé tout ou partie de pans entiers de l’activité économique. Les acteurs de la vie nocturne en payent et vont en payer une large part.
En effet la fermeture des salles de spectacles, des bars, restaurants, des clubs, des discothèques etc... met à mal ces structures.
C’est tout le biotope nocturne qui est en péril.
Ces structures sont pour beaucoup indépendantes mais aussi interdépendantes entre elles.
Comment éviter une catastrophe économique qui remettrait en question les singularités de nos territoires.
En effet, laisser mourir ces structures ne serait-il synonyme d’un risque bien plus important que serait la normalisation de l’offre culturelle.
Le risque ne serait-il pas le rachat dans une ère post-COVID par des groupes financiers internationaux de tout ces fonds de commerces, tout ces structures culturelles …recomposant ainsi une offre formatée à l’échelle internationale ? Dès lors comment éviter ceci ?
Comment déconfiner tout en assurant un niveau sanitaire sécurisé ? Comment penser des dispositifs de relance économique complémentaires entre acteurs publics et acteurs privés ?

📺 Avec Jérôme Guilbert, Président de la branche brasseries, pubs, bowlings, discothèques, bars au GNI
Marcel Bénézet, Président de la branche des cafés, bars, brasseries et établissements de nuit au GNI Paris IdF
Thierry Fontaine, Président de UMIH NUIT)
Laurent Lutse, Président UMIH Cafés, Brasseries, Etablissements de Nuit
Marie-Avril Berthet, PhD Researcher, University of Leeds
Maxime Costilhes, Directeur Général de Brasseurs de France
Bruno Rats, Sacem
Frédéric Chiffoleau, Administrateur Fédération Nationale des Boissons et C10
Animé par Denis Talledec


Chemin