Les objectifs du nouveau président du GNI-FAGIHT

Trois questions à Paul Duverger, restaurateur à Sallanches-Pays du Mont-Blanc et qui a pris en juillet la présidence du GNI-FAGIHT.

Paul Duverger.

Comment abordez-vous cette présidence ?

Nous sommes dans une phase de passation. Si la Fagiht perd son indépendance, elle va gagner en autonomie. Nous devons être présents au niveau national. Les rapports avec les pouvoirs publics ont évolué et nous devons nous adapter. Le Groupement national des indépendants réunit des professionnels qui ont le même ADN. Nous sommes propriétaires de nos affaires, nous sommes des indépendants dont l’objectif est aussi de transmettre nos établissements à nos enfants. Le terme Fagiht va s’effacer au profit d’un autre nom, qui n’est pas encore choisi mais qui s’inscrira dans la mise en place définitive du GNI au 1er janvier 2020. Nous pensons à nous appeler par exemple le GNI Rhônes-Alpes-Auvergne, qui pose notre spécificité. Je vous rappelle que nous avons une réelle expérience de la saisonnalité qui restera notre cheval de bataille.

Votre sentiment sur l’activité dans votre région ?

La saison d’hiver a été correcte, la saison estivale est en légère baisse. La réouverture de destinations au Moyen-Orient joue. Et puis, soyons réaliste, le développement des locations AirBnB vient grignoter des parts de marché, en hôtellerie comme en restauration. Nous rencontrons aussi en montagne, comme partout, d’importantes difficultés de recrutement qui rendent les choses très compliquées. Et cela touche la salle comme la cuisine.

Quelle sera la priorité de votre mandat ?

Il y en a plusieurs, mais je crois que le levier clé reste la formation. Fagiht Formation et l’Asforest vont fusionner pour ne faire qu’un seul et même organisme avec des antennes locales et des formations réalisées au sein des établissements. Il y a les formations obligatoires et à côté de ça tout un panel de modules, que ce soit dans le management ou le luxe, dont nos professionnels vont pouvoir profiter. Concernant l’apprentissage, la Fagiht a été membre fondateur du CFA de Groisy (74) et nous continuons de travailler avec eux. Des expériences de formations courtes ont été mises en place cet hiver. Les jeunes, comme les demandeurs d’emplois, doivent pouvoir intégrer notre secteur au travers de formations efficaces, certifiantes et pertinentes. Nous avons, en tant que syndicat, un rôle important à jouer dans ce domaine.

[https://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/salon-concours-syndicat-association/2019-07/les-objectifs-du-nouveau-president-du-gni-fagiht.htm]

Chemin