Mise en garde et respect des procédures sanitaires

Cher(e) adhérent(e), Cher(e) collègue,

L’épidémie de Covid-19 a frappé et continue de frapper gravement toutes les entreprises de notre secteur.

Le Président de la République a annoncé, lundi 13 avril, que la fermeture des bars et des restaurants perdurerait au-delà de la date annoncée de déconfinement du 11 mai et leur date de réouverture serait décidée fin mai - début juin, au terme des 3 premières semaines de déconfinement progressif en France.

Le GNI met tout en œuvre pour obtenir auprès du gouvernement, un plan de relance réaliste et le plus opérationnel possible pour contribuer à la relance de notre secteur au regard des contraintes sanitaires et opérationnelles. Nous travaillons également avec les élus de Nantes Métropole et de la Région à qui nous demandons également de contribuer à notre reprise économique.

Cependant, nos entreprises se trouvent dans des situations extrêmement difficiles. Nous redoublons de créativité pour proposer d’autres moyens de commercialisation comme la vente à emporter ou la livraison permettant de garder le contact avec nos clients et faire entrer un peu de chiffre. Il en va de la survie pour beaucoup d’entre nous.

Les images que nous avons pu voir ces derniers jours, de personnes fêtant le déconfinement par des apéros sauvages au bord de l’eau, ajoutent encore à cette amertume.

Nous tenons, cependant, par la présente à vous mettre en garde contre toute tentation :

  • Celle de permettre à votre clientèle de rester déguster ses plats et consommation sur des tables en extérieur. Cela s’assimile une terrasse et donc totalement interdit à la clientèle tant que nos établissements restent fermés.
  • Et celle de vendre de l’alcool en consommation sur la voie publique devant l’établissement.

Dans le contexte de rigueur sanitaire actuel, ce petit rappel au bon sens pour vous prémunir contre l’arsenal judicaire qui pourrait s’abattre contre tout contrevenant pouvant aller jusqu’au remboursement des aides de l’Etat à commencer par le chômage partiel. En parallèle, nous ne manquerons pas de demander aux service de l’Etat la même rigueur pour les particuliers consommant sur la voie publique que celle à laquelle nous nous astreignons.

Nous sommes à ce jour une des dernières corporations encore fermées et considérées comme à risque par les autorités. La réouverture de nos établissements se fera au prix du strict respect des conditions imposées. A défaut nous serons les premiers acteurs économiques à pâtir d’un éventuel retour de l’épidémie.

Notre passion professionnelle ne doit pas nous faire oublier que nous sommes en guerre invisible, celle du COVID 19. Notre région, jusque-là, a été relativement épargnée, et nous devons veiller à respecter les règles sanitaires.

Nous avons tous à cœur de reprendre nos activités et défendre nos valeurs dans l’accueil de notre clientèle et la convivialité, la qualité de service, l’esprit d’équipe et la défense de notre patrimoine culturel, la cuisine française et sa gastronomie, ses bars et bouchons…

Je vous souhaite vous, vos proches et vos équipes en excellente santé, et espère pour votre entreprise une réouverture des plus rapide.

Catherine QUERARD
Présidente du GNI GRAND-OUEST

Chemin