Fermeture | La réaction de Pascal Mousset, Président du GNI Paris Île-de-France

L’arrêté vient de tomber comme un couperet. De 22h à 6h à compter du lundi 28 septembre et jusqu’au 11 octobre inclus, les débits de boissons installés à Paris devront être fermés.

Cette mesure sonne comme le début d’un nouveau confinement qui ne peut pas être accepté.

Le GNI Paris Île-de-France n’appelle cependant pas à la désobéissance civile. Je ne vous encourage pas à enfreindre cette interdiction et à prendre le risque d’une fermeture administrative disciplinaire qui viendrait encore plus vous pénaliser et vous priver au surplus de toutes les aides.

Non, il existe d’autres moyens. Notamment judiciaire.

Ce lundi, j’accompagnerai Didier Chenet pour rencontrer Valérie Pécresse, la Présidente de région à qui nous demanderons le même soutien que son homologue de la région PACA en contestant en référé cet arrêté.

Cette mesure en dépit de la longueur de son exposé reste selon moi une mesure injustifiée. Le préfet ne justifie pas que nos établissements participe activement à la circulation du virus.

C’est aussi une mesure discriminatoire qui méprise le professionnalisme des cafetiers et des restaurateurs qui respectent un protocole sanitaire validé par le Ministère de la santé comme les autres ERP qui restent ouverts.

C’est enfin une mesure contreproductive car nos clients ne cesseront pas de vouloir passer ensemble des instants de convivialité. Ils le feront ailleurs sans respecter les règles sanitaires.

Soyez assuré de ma détermination à vous donner le droit de travailler.

Pascal Mousset
Président du GNI Paris Île-deFrance

Chemin