Des économies sur vos factures, avec le gaz naturel c’est possible

Selon une étude ARENE[1], les restaurants consomment en moyenne 53 627 kWh/an, pour une surface de 141 m². La facture moyenne en 2019 associée est de 6 757 € pour un prix de l’électricité de 126 €/Mwh (HTVA)[2].

La répartition des consommations par usage montre que le poste chauffage, eau chaude sanitaire et la cuisson représente 60% de cette facture1.

Le gaz naturel est 60% moins cher que l’électricité avec un coût moyen de 46 €/Mwh (HTVA)2. En choisissant l’énergie gaz il est possible d’économiser jusque 38% sur votre facture soit un montant estimé de 2475 €.

Pensez-y si vous devez agrandir votre restaurant ou renouveler votre matériel ! A titre indicatif, le prix d’un raccordement sans extension de réseau est entre 379,83 et 1260,76 €HT selon la puissance demandée[3].

Pour toute question, votre conseiller GRDF, Laurent PAUTY, référent cafés, hôtels et restaurants ( laurent.pauty@grdf.fr) est à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches de raccordement au gaz naturel.

 « Agissez pour la planète en choisissant le gaz renouvelable »

Le biométhane est un gaz 100% renouvelable[4] produit à partir de déchets issus de l’industrie agro-alimentaire, de la restauration collective, de déchets agricoles et ménagers, ou encore de boues de stations d’épuration. Ce biogaz épuré a les mêmes propriétés que le gaz naturel, et donc les mêmes usages.

Le biométhane participe au développement d’une économie circulaire territoriale où les déchets deviennent des ressources renouvelables. N’attendez-plus pour souscrire une offre gaz vert auprès de vos fournisseurs[5].

« Devenez un acteur de la transition écologique en recyclant vos déchets alimentaires »

Prévu par la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010, le tri sélectif est désormais obligatoire pour les restaurateurs produisant au moins 10 tonnes de biodéchets par an, ce qui correspond à environ 240 repas par jour.
Déchets biodégradables d’origine végétale ou animale (déchets de production, de préparation ou de restes de repas, fruits et légumes flétris ou abîmés…), les biodéchets doivent ainsi faire l’objet d’un tri à la source et d’une valorisation organique par les restaurateurs eux-mêmes ou des prestataires. Consultez le guide des bonnes pratiques concernant la gestion des biodéchets en restauration élaboré par l’ADEME[6] et la liste non exhaustive de sites régionaux pour trouver des prestataires déchets alimentant les unités de méthanisation[7].



[1] Les données ARENE sont issues du site internet : http://paris-commerce-energie.paris.fr/commerce/cafe-restaurant

[4] Tout savoir sur le biométhane, gaz renouvelable : https://www.grdf.fr/institutionnel/actualite/dossiers/energie-renouvelable

[5] Energie-info.fr, le site d’information du médiateur national de l’énergie, institution publique indépendante : https://www.energie-info.fr/

[7] Liste non exhaustive des sites régionaux https://www.sinoe.org/thematiques/consult/ss-theme/29

 

Chemin