COVID-19 : pérennisons ensemble la protection sociale des entreprises

Pérennisons ensemble la protection sociale des entreprises

 

Si cet e-mail ne s’affiche pas correctement, consultez la version en ligne
 
Malakoff Humanis Courtage
santé, prévoyance, retraite, épargne
COVID-19 : Pérennisons ensemble la protection sociale des entreprises
 
Cher partenaire,
La crise sanitaire inédite que nous traversons se double malheureusement d’une crise économique très forte qui a déjà des impacts très importants sur les entreprises françaises, leur solidité et leur capacité productive.
 
Cette crise a aussi des impacts sur les salariés et crée de fait des nouvelles situations de travail (confinement, télétravail, garde d’enfant à domicile, chômage partiel...).
 
Notre responsabilité collective est de ne pas ajouter à cette crise sanitaire et économique une crise sociale qui pourrait fortement fragiliser le niveau de protection sociale des salariés en entreprises.
 
Malakoff Humanis est le premier acteur en France de la protection sociale complémentaire tant en retraite complémentaire AGIRC-ARRCO qu’en assurance et, à ce titre, le premier assureur des risques santé et prévoyance collectives.
 
À ce titre, le Groupe entend prendre ses responsabilités.
 
D’abord et bien sûr, être présents auprès de nos clients entreprises et salariés, et solidaires face à leurs difficultés.
Ceci nous a conduit à mettre en place un dispositif « Solidarité Entreprises Covid-19 » qui mobilise plus de 200 millions d’euros pour accompagner les branches professionnelles, les entreprises, les salariés et les retraités.
 
Notre dispositif repose sur des services pour les chefs d’entreprises et leurs salariés (Pack santé et Pack fragilités, dispositif d’écoute psychologique, accompagnement spécifique en cas de décès, aide juridique), sur la prise en charge de prestations non couvertes par nos contrats d’assurance (arrêts de travail liés au confinement avant le 13 mars, arrêts de travail des personnes à risque, arrêts de travail pour garde d’enfant, calcul des prestations en activité partielle), sur des facilités de paiement accordées aux entreprises en difficultés, en retraite complémentaire AGIRC-ARRCO comme en assurance. Concernant les Branches Professionnelles ce dispositif s’articule en mobilisant les ressources disponibles constituées à l’aide de la mutualisation (Fonds d’action sociale, Degré élevé de solidarité ou réserves techniques).
 
Mais cela signifie aussi garantir la pérennité de nos engagements vis à vis des entreprises et des salariés.
Il s’agit bien de maintenir la solidité financière de nos institutions et de pouvoir continuer à assurer le versement des prestations au bénéfice de nos assurés.
 
Cette continuité est nécessairement corrélée, au delà des facilités de paiement accordées en retraite complémentaire AGIRC-ARRCO et en assurances, à notre capacité collective à pérenniser le financement du versement de ces prestations en continuant d’encaisser les cotisations des entreprises et salariés que nous protégeons au titre de leurs contrats prévoyance et santé.
 
Le risque d’impayé massif pourrait avoir des effets systémiques et mettre en risque à terme notre capacité à assurer ce versement.
 
Il est de notre devoir et de notre responsabilité d’attirer votre attention sur cette nécessité et de vous inviter à sensibiliser les entreprises à y prêter une attention particulière, jusqu’à la bonne déclaration des cotisations prévoyance et santé dans leurs déclarations DSN.
 
Dans un contexte dans lequel les salariés auront plus que jamais besoin de protection, il n’est pas envisageable de prendre le risque de ne plus être en situation d’assurer la protection sociale de nos concitoyens.
 
Cas particulier du chômage partiel
Il faut, entre autres situations, souligner la situation du chômage partiel qui prend une ampleur inédite dans la situation que nous traversons et qui doit mobiliser toute notre vigilance.
 
Nous ne pouvons concevoir autrement le fait que les indemnités de chômage partiel soient considérées comme un salaire et entrent donc dans le calcul des prestations comme dans celui des cotisations.
 
Cette prise en compte du chômage partiel dans le calcul des cotisations est juridiquement et économiquement fondée et constitue une condition nécessaire au droit à prestations.
 
 
Vous l’avez compris, il est de notre responsabilité collective, à l’occasion de cette crise, que de faire preuve de la plus grande solidarité mais aussi de responsabilité en rappelant aux entreprises la nécessité d’effectuer le paiement des cotisations de leurs contrats.
Ainsi, nous assurerons ensemble la pérennité de notre protection sociale complémentaire qui démontre une fois encore son efficacité dans cette crise.
Je retrouve l’ensemble des informations DSN
 
gestes à adopter
Plus que jamais, nous vous recommandons de respecter les gestes barrières et les mesures imposées pour réduire les contacts et les déplacements au strict minimum pour votre protection et celle de tous.
 
malakoffhumanis.com Facebook Twitter Instagram
 
Si vous ne souhaitez plus recevoir de messages de notre part, suivez ce lien.
 
ASSOCIATION DE MOYENS ASSURANCE DE PERSONNES (AMAP) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte, 75009 Paris - SIREN : 840 599 930 - N° Orias : 19000811 - www.orias.fr
Un organisme du groupe Malakoff Humanis - Siège : 21 rue Laffitte, 75009 Paris - malakoffhumanis.com
 
 

Chemin