Le GNI demande aux députés de supprimer l’interdiction des préenseignes en zone rurale et dans les agglomérations de moins de 10 000 habitants pour les restaurants et les hôtels

Didier Chenet, Président du GNI, a écrit au député Richard Ramos après que le député ait déposé une proposition de Loi 1526 visant à mettre fin à l’interdiction des préenseignes pour les restaurateurs en zone rurale et dans les petites agglomérations de moins de 10 000 habitants.

Si Didier Chenet salue l’initiative du parlementaire qui répond à la demande des restaurateurs, il regrette que cette proposition de loi ne vise que les restaurateurs. Pour le GNI, « la loi du 13 juillet 2015 interdisant les préenseignes est tout autant déconnectée de la réalité provinciale que la limitation à 80 Km/h imposée sur nos nationales. Ces mesures provoquent toutes les deux la même réaction de rejet et de colère. »

Et cette colère est légitime car chaque jour les indépendants de nos territoires perdent des clients du fait de cette interdiction. Didier Chenet souhaite que ces indépendants puissent compter à nouveau sur les préenseignes afin d’aider leurs clients à découvrir leurs établissements, à trouver leur chemin jusqu’à eux. « Car même à l’époque de la 4G qui reste inaccessible sur certaines parties de notre territoire les préenseignes restent indispensables  ». 

Si le GNI considère que la proposition de loi répond à la demande des restaurateurs et devra logiquement concerner les hôteliers-restaurateurs, il propose de la compléter en ajoutant « les hôteliers ou de façon plus générale l’hébergement touristique marchand » afin qu’aucune discrimination ni de déséquilibre concurrentiel ne puissent être reprochés au texte.

Selon le GNI, « les hôteliers souffrent comme leurs confrères restaurateurs de la disparition des préenseignes. Il est nécessaire d’autoriser ces préenseignes à ces acteurs majeurs du tourisme qui participent de l’attractivité de nos territoires et à leurs activités économiques, sociales et culturelles. »

La proposition de loi déposée par Richard Ramos sera examinée par la commission des lois de l’Assemblée Nationale le 30 avril et en séance le 9 mai.

Chemin