TheFork lance « Retournons au Restaurant » : Le GNI et l’UMIH dénoncent une opération piège pour les restaurateurs

Communiqué de presse

« TheFork » (anciennement LaFourchette) annonce une grande opération de soutien aux restaurateurs “Retournons au Restaurant” qui aura lieu du 17 septembre au 17 novembre 2020. L’objectif est d’aider les restaurateurs à récupérer de la crise Covid19 plus rapidement, en redynamisant les sorties au restaurant. Les promesses affichées sont de remplir en un clin d’œil son restaurant, de multiplier son chiffre d’affaires et sa marge brute en accordant une remise de 50% à ses clients.

Les deux organisations professionnelles GNI et UMIH qualifient l’opération de miroir aux alouettes et mettent en garde les restaurateurs de pratiquer de telles remises.

Elles dénoncent l’initiative prise de façon unilatérale, contre l’avis de l‘ensemble des organisations et en dépit de tous les engagements pris auparavant avec la profession :

  • de reconsidérer dans l’avenir les promotions à tout crin,
  • de les remplacer par des actions de valorisation de l’offre des restaurants tels que le locavore, le bio ou le raisonné, le développement durable, le gaspillage alimentaire... qui sont des enjeux majeurs de société. 

Nos professionnels savent que les clients attendent d’eux de la qualité, des produits origine France, du bio... « TheFork » nous invite à faire moins bon pour vendre moins cher.

Cette opération démontre la parfaite méconnaissance de la situation, au pire, un profond mépris pour nos professionnels, qui ont pour la plupart une santé économique fragilisée à l’issue de la crise Covid-19 : fermeture administrative des établissements durant deux mois et demi, puis réouverture avec une capacité d’accueil réduite entre 30 et 50 % pour respecter le protocole sanitaire. Un vrai soutien et accompagnement de « TheFork », aurait été de réduire le montant des commissions, au lieu d’investir plusieurs millions d’euros dans une campagne de communication.

Hubert Jan et Laurent Fréchet respectivement présidents de la branche Restauration de l’UMIH et du GNI dénoncent d’une même voix  : « Cette opération est indigne. C’est un piège pour nos professionnels, d’annoncer et promettre une trésorerie et des marges brutes regonflées tout en en divisant par deux l’addition. Moins 50 % sur nos menus, c’est la grande braderie, tout doit disparaître et surtout nos établissements ! »

Chemin