STOP AU RACKET SUR LES HOTELS ! C’EST LE TOURISME QU’ON TUE !

Le Syndicat des Transports d’Ile-de-France (Stif) a réclamé au gouvernement la mise en place d’une nouvelle taxe de deux euros sur chaque nuit passée dans un hôtel de la région parisienne. L’objectif annoncé est de mettre à contribution les touristes pour le financement des transports franciliens, en dégageant près de 140 millions d’euros par an.

LE GNI ses 3 co-présidents, Didier CHENET, Président SYNHORCAT, Claude DAUMAS, Président FAGIHT et Gérard GUY, Président CPIH expriment vivement sa colère : « STOP !A quelques jours des conclusions des Assises de Tourisme qui seront le point de départ d’une nouvelle politique volontariste en faveur du tourisme pourquoi faire des propositions qui fragiliseront un secteur entier de l’économie francilienne. »

Londres talonne Paris, et risque de devenir la première destination touristique en Europe et le secteur doit faire face à la concurrence déloyale des locations meublées courts-séjours qui font une concurrence déloyale sans aucun cadre réglementaire » s’insurge Didier CHENET, Président du SYNHORCAT et Co-Président du GNI.*

Le GNI rappelle que les hôteliers apportent déjà une contribution majeure à l’équilibre des comptes publics (doublement de la TVA ces deux dernières années, multiplication de nouvelles taxes…) et que le produit de la taxe de séjour en Ile-de-France représente pour les hôteliers une charge de 57 millions d’euros par an (source DGFIP / DGCL).
Le tourisme et l’attractivité de nos hôtels sont sources de croissance et d’emplois et contribuent fortement au redressement de notre économie. Pourquoi encore nous tirer une balle dans le pied ?

*Le GNI est la seule organisation professionnelle indépendante du secteur à fédérer les entreprises indépendantes et patrimoniales : 23 000 hôtels, cafés, bars, restaurants, traiteurs organisateurs de réception et établissements de nuit employant 260 000 salariés.

Contact presse  :
Martine PROFICHEL – m.profichel@synhorcat.com – 06 68 42 39 56

Chemin