Les restaurateurs et cafetiers parisiens s’organisent pour éviter une éventuelle fermeture

A la suite de la décision du préfet des Bouches du Rhône d’imposer la fermeture des bars et des restaurants à 23 heures dans le département, le GNI Paris Île-de-France, la 1ère organisation du secteur des hôtels, cafés et restaurants dans la capitale se veut proactive.

Pascal Mousset, Président du GNI Paris Île-de-France préfère en effet prendre les devants : « tous les professionnels redoutent une mesure collective et aveugle comme celle prise à Marseille. »

« Afin d’éviter le pire, c’est à dire une fermeture de nos établissements, nous avons travaillé avec la Mairie de Paris qui partage notre vive inquiétude et nous avons pris notre décision. Nous demandons à tous les restaurateurs et les cafetiers parisiens de prendre des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur au titre du protocole sanitaire comme la distance d’un mètre entre les tables ou le port du masque pour le personnel et les clients qui se déplacent.

« En plus des mesures obligatoires, nous invitons ainsi les cafetiers et les restaurateurs à mettre en place dans leur établissement un « CAHIER DE RAPPEL » afin de garder à disposition des autorités sanitaires les coordonnées de leurs clients en cas de contamination et de les aider à remonter le fil des cas contacts. »

Dès demain, les clients des cafés et des restaurants parisiens pourront, s’ils le souhaitent laisser leurs noms et numéros de téléphone sur de petites fiches selon le modèle joint, qui seront conservées pendant une durée d’un mois.

Les clients seront ainsi alertés par les autorités sanitaires en cas de suspicion de contamination de toute personne présente dans l’établissement en même temps qu’eux.

Même si cette mesure proposée par la Mairie de Paris et discutée avec les représentants de la profession ne se veut pas contraignante, elle a déjà̀ montré son efficacité́ en France et à l’étranger.

En plus de cette mesure, le GNI Paris Île-de-France invite l’ensemble des professionnels parisiens à proposer tant à leurs salariés qu’à leurs clients la prise de leur température.

Enfin, pour compléter ce dispositif, le GNI Paris Île-de-France est en train d’organiser le dépistage massif de tous les salariés du secteur à Paris.

Dans le cadre de partenariats passés avec des laboratoires, un dispositif de plages horaires avec accès prioritaire sera réservé aux cafetiers et aux restaurateurs ainsi qu’à leurs collaborateurs. Tout cela dans le cadre d’horaires compatibles avec les nécessités du service aux clients.

Pour Didier Chenet, Président du GNI, « il est important que les professionnels s’engagent sur de telle mesures en plus de celles obligatoires déjà contenues dans le protocole sanitaire.

Elles ont pour objectifs de prévenir et d’agir. Elles doivent avoir aussi pour effet de rassurer nos salariés, nos clients et les autorités sanitaires.

Je recommande à tous les professionnels exerçant dans les 21 départements classés en rouge de les adopter également. Nous devons être exemplaires.

Il en va de notre capacité à continuer d’ouvrir nos établissements et de travailler. »

Chemin