Le GNI vous présente la vente de bons d’achat en amont des réouvertures

Face à la fermeture des hôtels, restaurants, bars, brasseries, des initiatives de vente de bons d’achat se mettent en place. Cela pourrait permettre aux établissements de se reconstituer une trésorerie en amont des ré-ouverture notamment pour racheter des denrées et des fournitures et de fidéliser la clientèle.

Le fonctionnement des cagnottes

Les consommateurs via ces plateformes de bons d’achat peuvent acheter (les montants sont parfois encadrés) des bons à utiliser à partir de la ré-ouverture des établissements. Le paiement passe par un intermédiaire de paiement qui met 24-48h entre le paiement du client et le versement à l’établissement et qui prélève une petite commission. Le GNI encourage les établissements intéressés à vérifier les montants des commissions avant leur inscription.

Les bons d’achat sont valables jusqu’au 31 décembre 2020. Ils ne sont ni annulables, ni remboursables. En cas de défaillance de l’établissement annulés, il n’y a ni compensation ni indemnisation.

Pour ouvrir sa cagnotte, les établissements doivent s’inscrire sur la plateforme de leur choix. Pour s’inscrire les établissements doivent fournir leur identité, les informations administratives (actionnaires >25% de la société) de leurs établissements (Kbis, RIB, ID…) Majoritairement il y a un temps d’analyse de vérification que le RIB est bien celui de l’établissement et non pas un RIB personnel.

Une fois la cagnotte créée, l’établissement peut communiquer directement auprès de sa communauté* (Information sur le site web direct, réseaux sociaux, présentations diverses sur les plateformes comme Google My Business ou Tripadvisor… mais également mailing aux clients ayant accepté les informations de l’établissement).

Les trois premières plateformes présentées utilisent en intermédiaire de paiement Stripe. C’est la plateforme utilisée par les grandes plateformes généralistes et du secteur. La commission ne s’élève qu’à 1,4% (exceptionnellement pendant la période Covid) et 0,25€ par don. La dernière utilise une start-up française.

Chaque plateforme (voir ci-dessous) communiquera sur sa propre audience autour de ces bons d’achats.

FAQ du webinar

  • Comment gérer comptablement la consommation des bons d’achats ? Les bons d’achat sont exprimés en TTC et sont considérés comme du chiffre d’affaires et sont soumis aux obligations comptables et fiscales habituelles. Les montants, une fois dans la trésorerie des établissements doivent être considérés comme des arrhes. Une fois que le bon d’achat a été utilisé, une facturation a été faite, réglant la question comptable. En cas de non-utilisation, cela peut passer comptablement en dons.

Les comptables des établissements doivent pouvoir aisément entrer dans les détails (ces éléments sont largement utilisés dans d’autres établissements ou secteurs via les bons Groupon, les box…)

  • Si tous mes premiers services se font avec des bons d’achat, je ne pourrai pas assurer ma trésorerie courante. Il est TRES rare que des bons d’achat soient tous utilisés d’un seul coup par tous les clients (même si le protocole sanitaire peut conduire à réduire le nombre de couverts). Les études montrent qu’un bon d’achat acheté directement par un consommateur ne constitue jamais l’intégralité du paiement : les montants anticipés sont majoritairement inférieurs aux montants consommés sur place. Ainsi le principe du bon va faire revenir les clients qui une fois sur place voudront consommer plus que le montant anticipé sur internet (invitation d’un ami, des boissons en plus, des plats en plus…) Par ailleurs les études montrent également que tous les bons d’achat ne sont pas utilisés. Il y a donc une part qui sera du « don » pur.
  • Nous conseillons vivement aux restaurateurs de remercier les donneurs afin de nouer le contact et s’informer de leur date de visite.
  • Du matériel est-il nécessaire pour scanner les bons d’achat ? Non aucun matériel n’est nécessaire. Chaque plateforme explique comment entrer les bons d’achat en caisse pour les faire se décocher de la liste. Chaque bon est numéroté. Les lettre au début du numéro indique la provenance des dons (de telle ou telle plateforme)
  • Un client peut-il utiliser qu’une partie de son bon d’achat ? Stripe émet un numéro unique pour chaque bon d’achat, donc ces bons ne sont utilisable qu’en une fois. Néanmoins dans le cas d’une consommation moindre, l’établissement est libre de générer un avoir. Par ailleurs la plateforme Bar Solidaire fonctionne avec des bons de 5€ même si le montant acheté par le consommateur est plus élevé, permettant ainsi que consommateur de consommer son achat par parties.
  • Quand retirer l’argent du compte Stripe ? A partir du moment où l’argent quitte le compte Stripe, il est considéré comme un chiffre d’affaire donc soumis à de la fiscalité. Si l’établissement n’a pas besoin de cette trésorerie de manière immédiate, il peut décider de maintenir les fonds sur la plateforme Stripe. En tant qu’intermédiaire financier, il est soumis à une réglementation stricte dont celle de ne pas spéculer sur les fonds conservés.
  • Quelle est la durée des bons d’achat ? La plateforme Stripe prévoit une durée de validité très large (5 ans). Néanmoins certaines plateformes ont resserré ces durées comme Bar solidaire qui prévoit une validité de 9 mois à partir de l’émission du bon ou J’aime mon bistrot qui prévoit une validité jusqu’au 31/12/2020.
  • Quels sont les avantages du bon d’achat ? Permettre aux consommateurs d’acheter des bons a plusieurs avantages :
    • Générer de la trésorerie ;
    • Reprendre/garder contact avec sa communauté de consommateurs ;
    • Travailler sa fidélité client ;
    • Remotiver ses salariés en montrant qu’ils sont vivement attendus ;
    • Rassurer les fournisseurs et les banquiers !
  • Ces plateformes sont-elles aussi ouvertes aux hôtels ? Oui toutes les plateformes sont ouvertes aux hôtels à condition qu’ils disposent d’un service de restauration (code NAF associé).
  • Peut-on utiliser le même compte Stripe pour plusieurs plateformes ou faut-il en créer un pour chacune d’elles ? Pour l’instant Stripe n’a pas été paramétré pour avoir un compte pour plusieurs plateformes. Le GNI recommande pour l’instant de générer un compte Stripe par établissement et par plateforme. Chaque bon est numéroté. Les lettre au début du numéro indique la provenance des dons (de telle ou telle plateforme)
  • Est-il possible pour les sociétés (facturation ad oc) de DONNER aux restaurants via les plateformes ? Nous n’avons pas reçu l’information pour l’instant. C’est assez peu probable et cela doit être une condition de Stripe et non pas des plateformes.
  • Quel est le coût d’utilisation de ces plateformes ? C’est l’intermédiaire financier, Stripe, qui fait payer un coût de transaction bancaire de 1,4% (exceptionnellement) plus des frais fixes de 0,25 € le tout par transaction. Pour un don de 30€ (arrondi d’un panier moyen d’un restaurant) les frais s’élèveront donc à 0,67€.

Seule la plateforme Bar Solidaire prend à sa charge ces frais.

L’établissement ne peut pas faire porter cette charge au consommateur, en respect des CGU qu’il signe avec les plateformes.

Quelques exemples de plateformes

J’aime mon bistrot https://www.jaimemonbistrot.fr/

Cette plateforme a été montée par des groupements d’achats et des distributeurs auxquels se sont ajoutés des industriels. Elle permet aux établissements du secteur HCR de se créer un compte pour ouvrir une cagnotte.

Voici quelques caractéristiques supplémentaires :

  • Cette plateforme s’adresse à tous les établissements HCR.
  • Les industriels partenaires de cette plateforme ont pris l’engagement d’abonder à hauteur de 50% pour chaque euro payé par les consommateurs pour les 10 000 premières commandes. Cet objectif a déjà été atteint.
  • Cette plateforme contient également un blog extrêmement intéressant avec des conseils concrets aux établissements pour gérer au mieux cette fermeture forcée et préparer une reprise d’activité respectant les nouvelles tendances du marché (bio, local, forte RSE, digitalisation des services clients…) afin de limiter au maximum les effets présumés de la crise de confiance des consommateurs.
  • Il n’y a pas d’engagement auprès des distributeurs ou industriels qui abondent aux cagnottes pour acheter chez eux à la réouverture des établissements.
  • Pour s’inscrire tous les documents sont à fournir en même temps, ce qui rend la transmission peu sécurisée.
  • Pour l’instant les consommateurs doivent changer de mot de passe (se créer un nouveau compte) à chaque établissement pour lequel ils veulent un bon d’achat.
  • Au moment de l’utilisation du bon, celui-ci doit être utilisé entièrement par le consommateur. S’il reste un solde, l’établissement peut faire un avoir, selon son bon vouloir.

Si besoin d’aide : contact@jaimemonbistrot.fr

FAQ du webinar

  • L’internaute peut-il savoir lors de son règlement s’il est abondé ? C’est indiqué sur son espace personnel qu’il a créé sur la plateforme en faisant sa précommande (dans l’onglet cagnotte)

Aidons nos restaurants https://www.aidonsnosrestaurants.fr/fr-FR/

Cette plateforme a été montée par LaFourchette et quelques acteurs de la Tech française auxquels se sont ajoutés les organisations professionnelles. Elle permet aux restaurants mais pas uniquement partenaires de LaFourchette (décorrélation des deux plateformes) de se créer un compte pour ouvrir une cagnotte. Voici quelques caractéristiques supplémentaires :

  • La communication de LaFourchette touche immédiatement un très grand nombre de consommateurs.
  • Le service partenaires accompagne les établissements dans la création de leur cagnotte et de la réalisation de communications à la communauté directe.
  • Des bons d’achat de 5 à 250€.
  • La plateforme LaFourchette est totalement décorrélée de la plateforme « aidons nos restaurants ». Néanmoins cela reste la plateforme qui fournit la technique principale.

FAQ du webinar

  • Aidons nos restaurants est-ce uniquement pour les restaurants ? Quid des bars et hôtels ? Notre offre est à destination de l’ensemble du marché des CHR, à condition de proposer une activité de restauration. Dès lors, bar, hôtel vous pouvez accéder à notre solution de bons prépayés.
  • Qu’amènent les partenaires ? En rejoignant notre initiative, chaque partenaire met à disposition ses forces de communication (relations presses, emailing auprès de ses clients, etc.) et n’hésitent pas à mettre à disposition leurs forces de ventes pour aider les restaurants à réaliser les process d’inscription.
  • Est-ce que le restaurant doit déjà être référencé sur LaFourchette ? L’opération est à destination de l’ensemble du marché des CHR. Que vous soyez client LaFourchette ou non, vous pouvez accéder à l’initiative.
  • Quelle est la validité exacte du bon d’achat ? La validité du bon est de 5 ans, post date d’achat. Libre au restaurateur d’indiquer (en transparence) à ses clients son souhait d’une consommation dès la reprise de l’activité. Pour rappel, les utilisateurs sont dans une démarche de solidarité pour accompagner la crise que le connait le marché des CHR. Ils comprendront et n’hésiteront à accompagner chaque restaurateur dans la relance.

Voir ici la présentation de la plateforme Aidons nos restaurants.

Le Bar Solidaire www.barsolidaire.fr

Cette plateforme a été mise en place par AB InBev France située à Lille (filiale du grand brasseur distribuant notamment Jupiler, Corona, Budweiser, Leffe…). Voici quelques caractéristiques supplémentaires :

  • AB InBev France abonde la somme équivalente aux dons des consommateurs à hauteur de 1000€ maximum par établissement.
  • Les bons d’achat seront édités à hauteur de 5€ (pour permettre l’achat d’une boisson dans l’établissement), bien qu’ils puissent être achetés par plusieurs en une seule fois (jusqu’à 100€ maximum soit 20 bons d’achat par consommateur)
  • Les sommes versées par les consommateurs sont disponibles au plus tard sous 7 jours sur le compte de l’établissement.
  • La plateforme n’est pas ouverte aux cafés, bars et restaurants liés par un contrat d’exclusivité avec un autre brasseur qu’AB InBev France.

Sauve ton commerce https://sauvetoncommerce.fr/

Une nouvelle plateforme vient également de faire son apparition à l’initiative d’Edenred et de la start-up CibleR. Cette plateforme recensée par le Ministère de l’Economie (Voir ici la page dédiée aux solutions de e-commerce) s’adresse à tous les commerces chez qui un ticket restaurant. Ainsi un consommateur peut payer son bon d’achat avec sa carte Ticket Restaurant® (la commission habituelle n’est pas prélevée). Le coût pour un restaurateur dépend de sa taille :

  • Entièrement gratuit pour les établissements avec un CA annuel 2019 de moins de 1M€ et moins de 10 employés ;
  • 4% de commissions pour les autres établissements.

D’autres plateformes à la portée plus locale existent comme La Grande Bouffe https://www.lagrandebouffe.club/ pour les établissements lillois ou Sauver mon bar https://sauvermonbar.fr/ portée par des étudiants ingénieurs à ECE.

Retrouvez d’autres plateformes ici : https://www.bookingshake.com/post/le-guide-de-toutes-les-plateformes-solidaires-covid-19

 

Voir l’enregistrement du webinar GNI dédié aux plateformes de bons d’achat.

 


* La création d’une cagnotte est une manière de mettre un pied dans la digitalisation, dans la relation client numérique ! Le GNI est là pour vous accompagner pour trouver les outils adaptés à votre établissement et votre profil et le tout dans le respect des réglementations (Mentions légales, RGPD…)

Chemin