La reprise dans l’hôtellerie avec ou sans les OTAs ?

Le déconfinement se poursuit permettant aux Français de réserver leurs vacances. Ne pouvant compter sur les touristes extérieurs, le GNI vous donne quelques conseils pour favoriser la réservation en direct.

Sur les OTAs

Les distributeurs ne vont pas faire de miracles tant que la demande sera bloquée par l’offre aérienne réduite. Dès lors, il est nécessaire de ré-apprendre à travailler avec un format minimal des OTAs.

  • Retirer les tarifs NANR tant que le marché n’est pas revenu à la normal : les clients ont besoin de confiance et donc de flexibilité ;
  • Créer un tarif intermédiaire semi flexible avec une annulation gratuite jusqu’à J-7 et une réduction et/ou un tarif dégressif en fonction du nombre de nuitées pour inciter les clients à rester plus longtemps ;
  • Sortir des programmes préférentiels des OTA (type Genius, offre mobile etc) pour éviter de trop discounter les tarifs ;
  • Refuser les paiements en cartes virtuelles tant que le marché n’est pas revenu à la normal : il n’y aura pas de demandes spécifiques sur l’élargissement des moyens de paiement pendant la crise (et ce n’est pas un filtre de recherche utilisé par les consommateurs) ;
  • Ouvrir progressivement les disponibilités plutôt que de les élargir à défaut de connaissance du marché dans quelques semaines/mois. En cas de reports de dates pour les clients de la crise, n’ouvrir que les disponibilités permettant ces reports, pas plus ;
  • Travailler son yield et différencier un maximum les canaux de distributions ;
  • Informer sur les mesures d’hygiène et de protection de la santé dès la présentation de l’établissement (Retrouvez ici les éléments de communication pour les salariés et les clients).

 !!! Attention le GNI recommande aussi de vérifier :

  • Chaque facture de commission des OTAs pour s’assurer qu’aucune commission n’a été prise sur une annulation (remboursement immédiat ou avoir de 18 mois) ou sur un report. Les erreurs sont très fréquentes et sont à signaler rapidement.
  • Chaque réservation pour s’assurer que le bon tarif a été appliqué.

A noter également que certaines plateformes sont spécialisées sur des marchés. Si ces clients ne peuvent pas revenir, il n’est pas forcément pertinent d’ouvrir des disponibilités sur ce type de plateformes (Par exemple : ne pas mettre beaucoup de disponibilités sur les plateformes spécialisées sur l’Asie)

Réservations en direct

La crise a été un choc pour toute la société. Les consommateurs se sont encore plus habitués au numérique, mais également à la consommation locale et directe. C’est une opportunité que le secteur ne doit surtout pas manquer pour reprendre la main sur les réservations.

  • Reprendre contact le plus vite possible avec tous ses clients : le GNI a signé un partenariat avec Expérience hôtel à cette fin (Lire ici l’article du GNI)
  • Mettre à jour son site web (responsive, photos, textes), son niveau de référencement (Voir avec son webmaster pour augmenter sa visibilité web), sa description sur Google My Business
  • Augmenter sa visibilité web : Mettre à jour sa présentation sur Google My Business (Lire ici l’article du GNI), répondre aux avis en ligne (Lire ici l’article du GNI). Retrouver ici l’autodiagnostique AFNIC-GNI ;
  • Encourager les clients qui ont reçu des avoirs à revenir chez vous : mailings d’exclusivité sur l’ouverture des disponibilités, réductions sur des activités annexes, offerts sur des périodes précises…
  • Privilégier les réservations en direct via des campagnes de marketing françaises/européennes
  • Informer sur les mesures d’hygiène et de protection de la santé dès la présentation de l’établissement (Retrouvez ici les éléments de communication pour les salariés et les clients)

Pour aller plus loin :

Lire ici l’article du GNI sur le développement des réservations en direct (hôtellerie)

Chemin