Confrontés à une nouvelle crise en raison de l’épidémie de coronavirus, les hôteliers, cafetiers, restaurateurs, discothécaires et traiteurs organisateurs de réceptions exigent des mesures d’urgence

Comme le prédisait le Ministre de l’Économie, l’impact sur la croissance en France de l’épidémie de coronavirus est « beaucoup plus significatif  » qu’attendu et touche de plein fouet le secteur des hôtels, cafés, restaurants et traiteurs organisateurs de réceptions.

Pour les hôtels, cafés, restaurants et traiteurs organisateurs de réceptions qui sortent à peine de 10 semaines de grèves sur la réforme des retraites et de plusieurs mois de manifestations des gilets jaunes, c’est la crise de trop ! Interrogés par leur organisation professionnelle, le Groupement National des Indépendants - GNI, un tiers des établissements disent connaitre une baisse d’activité. Cette proportion monte à un sur deux à Paris.

Cette baisse d’activité est de l’ordre de 5 à 10% pour 50 % des établissements. Elle est comprise entre 10 et 20 % pour 30% d’entre eux.

A ce stade, les professionnels les plus impactés sont :

-Les hôtels et en particulier les gros porteurs qui reçoivent une clientèle internationale dont le chiffre d’affaire chute de près de 20%.

-Les traiteurs organisateurs de réceptions dont l’activité a d’ores et déjà chuté de 20% en moyenne et qui font face à des annulations en cascade. Ces annulations sont la conséquence directe de l’annulation d’évènements comme des salons ou des conventions.

-Les cafés et les discothèques que les français désertent par peur de proximité avec des personnes potentiellement porteuses du virus. Les pertes peuvent monter à 40% du CA.

-Les établissements asiatiques dont la baisse d’activité est à minima de 30%.

La restauration tente de résister. Elle bénéficie de la confiance des clients qui pour les deux tiers continuent de ne pas avoir peur d’aller au restaurant, mais elle souffre de l’annulation d’évènements et du ralentissement du tourisme loisir et business.

 

Face au ralentissement attendu de la croissance, le Ministre de l’Économie qui rassemblait ce 3 mars 2020 les grandes filières économiques françaises s’est dit prêt à "débloquer ce qu’il faudra" pour venir en aide aux entreprises françaises. En réplique, Didier chenet Président du GNI a demandé que des mesures soient immédiatement prises afin d’aider les entreprises qui enchainent les crises :

  • un moratoire sur les dettes sociales et fiscales,
  • un moratoire sur le remboursement des emprunts bancaires et à tous le moins une garantie des emprunts bancaires par la BPI,
  • la suspension immédiate de la taxe de 10 € sur les CDDU,
  • la maintien exceptionnel des droits à assurance chômage des saisonniers à la suite d’un contrat inférieur à 6 mois
  • la mise en place d’un fonds d’indemnisation et de solidarité.

Le Ministre a entendu ces demandes qu’il s’est engagé à défendre devant le gouvernement.

GNI de l’Hôtellerie & de la Restauration
Le GNI est la seule Organisation Professionnelle indépendante au service des hôtels, cafés, restaurants, traiteurs organisateurs de réception et établissements de nuit indépendants et patrimoniaux.
Le GNI est une organisation représentative reconnue officiellement par arrêté ministériel publié au Journal officiel le 28 décembre 2017.

 

CONTACT PRESSE
GNI - Groupement National des Indépendants

Franck TROUET – f.trouet@gni-hcr.fr / 06 73 86 66 65

Chemin